Skip to main content

La Banque de France

Petite histoire de la succursale de la banque de France à Granville

Le Bureau Auxiliaire de Granville crée en 1898 était situé dans une maison en location, sise rue Saintonge.

Le contrôleur général, en 1906. déplorait : « ... l'exiguïté des bureaux et du logement du concierge... » et ajoutait : « ... qu'il serait regrettable d'entreprendre des remaniements onéreux dans une propriété que nous avons intérêt à abandonner. »

L'occasion de réinstaller le bureau de la Banque de France de Granville dans des locaux plus appropriés se présenta enfin : « ... L'immeuble que nous a proposé Monsieur Dior. Administrateur de la succursale de St Lô. est en effet des mieux situé à l'entrée du cours Jonville. la seule promenade intérieure de Granville sur le passage du tramway qui va relier prochainement les faubourgs à la ville basse et au port... ».

Note du directeur de la succursale de St Lô en juillet 1902 concernant Monsieur Alexandre Dior : « ... Un des fondateurs de la maison Dior Frères, fabricants d'engrais chimiques à Granvlle. Homme actif intelligent, qui a déployé de grandes qualités industrielles. Il est retiré des affaires depuis plusieurs années et vit indépendant, se tenant à l'écart des affaires publiques. Il possède à Granville des immeubles importants et jouit de la considération publique » Monsieur Alexandre Dior est décédé à l'automne 1907. Description de l'immeuble du 7. cours Jonville : « ... De forme irrégulière cette propriété se compose d'un corps de bâtiment principal sur le Cours Jonville. d'un jardin, de communs et d'un second bâtiment en façade sur la rue des Marais..». « ... la propriété qu'acquerrait la Banque aurait une superficie de 764 m2.

Les bâtiments existait déjà et couvrant 223 m2. assez bien construits, sont en bon état d'entretien... ».

La Banque de France ouvrira ses nouveaux locaux en 1908.

Les chiffres augmentèrent régulièrement et les locaux devinrent à nom eau trop exigus. En novembre 1920. le Secrétaire du Conseil du Bureau de Granville écrivit : « .. . l'installation actuelle ne répond plus à l'importance des opérations et nous nous trouvons dans la nécessité d'envisager bientôt l'agrandissement de notre Bureau...».«... L'occasion nous est offerte d'acquérir un premier groupe de 3 immeubles appartenant à monsieur Robert... d'une superficie de 203 m2... ».

En février 1922, un autre courrier signé du Secrétaire du Conseil du Bureau de Granville expliquait : « Cette acquisition venant s'ajouter au 764 m2 que nous possédions déjà, a porté à 967 m2 la superficie totale du terrain dont nous disposons dans cette Ville ...».«... Nous pourrions, à la rigueur, réaliser sur ce seul emplacement un agrandissement suffisant mais nous absorberions toute notre réserve de terrain et il nous serait difficile d'obtenir pour notre bâtiment l'isolement désirable »

C'est ainsi que la Banque de France acheta un lot de 1000 m2 à un monsieur Boutray. propriétaire d'une parcelle de terrain jouxtant celui de la succursale et que le bâtiment d'exploitation tel que nous le connaissons aujourd'hui, fut construit. C'est entre 1921 et 1925 que le deuxième déménagement des guichets eut lieu après la construction des bureaux et des guichets actuels.

En 1994. c'est la fermeture de la caisse institutionnelle et le maintien de la caisse de clientèle. En 1995, cession d'un ensemble immobilier donnant sur la rue Ernest Lefrant : en 2001. cession d'un autre ensemble immobilier donnant sur la rue Ernest Lefrant et réorganisation des locaux de la caisse de clientèle.

La fermeture de la succursale de la Banque de France de Granville s'est faite progressivement cependant 3'annonce de la fermeture définitive en 2004 fut rude tant pour le personnel que pour la ville.

La municipalité qui fut avertie la première, ayant naturellement un droit de préemption sur ces bâtiments, n'a pas voulu les acquérir, même en partie, pour des raisons financières.

Les possibilités d'utilisation sont nombreuses : musée, archives, galerie commerciale, hôtel de charme dans la maison Dior, hall d'exposition, etc. De grâce, gardons au moins les façades et les éléments décoratifs de cet ensemble immobilier des années 20.

Ces bâtiments, témoins de plus de 100 ans de vie granvillaise. méritent de continuer de veiller sur le cours Jonville pour en rappeler l'importance dans l'histoire de Granville.

Bibliographie : archives de la Banque de France avec le concours de Monsieur Robert Sinsoilliez